mer.

23

nov.

2011

Article : Document pour élaborer et pour développer l'articulation souhaitable entre Culture et Développement Durable en région RA - MJC Rhône-Alpes

Présentation :
Installées au cœur de la cité, dans les villes, les quartiers et les villages, les Maisons des Jeunes et de la Culture et associations locales du réseau tissent jour après jour, par les actions qu’elles mènent avec les habitants, les jeunes, les associations, les collectivités locales et les institutions, ce lien social qui s’est peu à peu brisé, notamment dans certains quartiers de nos villes.
  - Bâties sur des valeurs républicaines, d’éducation populaire, de laïcité, de solidarité, de tolérance et de responsabilité, les MJC intègrent aujourd’hui les attentes d’une société en évolution constante. Au cœur de leur projet, elles privilégient l’épanouissement de la personne par l’accès à l’éducation et à la culture, afin que chacun dispose des moyens d’exercer pleinement sa citoyenneté et participe à la construction d’une société plus solidaire.
  - Au-delà de leurs actions locales, les MJC se rassemblent pour agir collectivement, s’enrichir mutuellement par la réflexion et ainsi affirmer une pratique commune de l’Education Populaire. C’est le réseau Rhônalpin ainsi réuni qui constitue la Fédération Régionale.

Les MJC en Rhône-Alpes et 12 autres fédérations régionales constituent la Confédération des MJC de France.
Les MJC en Rhône-Alpes est une Fédération Régionale qui compte 245 associations affiliées dans la région dont une centaine accueillent un professionnel fédéral conventionné avec les collectivités localement. La fédération participe au développement d'un projet politique concerté et partagé sur « l'éducation populaire, un projet d'avenir !» ou notamment figure au chapitre culturel de pratiquer l’impertinence culturelle par:

 - L’intelligence déconstructive.
Pour amorcer une exigence collective de changement, issue d’un pacte narratif, c’est une impertinence culturelle qu’il faut pouvoir développer, en préservant le droit au plaisir et en privilégiant l’accès à l’espace public.
Le principe d’impertinence représente une dimension centrale dans un travail d’éducation populaire. Qu’entendre par impertinence ?
 - Se nommer et revendiquer : l’intelligence prescriptive.
Cette étape de la prescription est indispensable à l’émergence d’un mouvement social complet. Comment faire en sorte que des exigences précises soient produites et portées par de nombreux acteurs ? Inventer des injonctions radicales non négociables qui font avancer les rapports sociaux et se donner un nom collectif.
 - Expliquer et délibérer : L’intelligence argumentative. Asseoir l’action par l’analyse et l’argumentation
Argumenter représente une ressource essentielle dans la construction individuelle et collective d’un rapport au vrai et au juste. Le registre de l’argumentation est cependant l’un des plus pervertis en démocratie, car il instaure un rapport de force extrêmement violent sous des dehors anodins.
Comment rendre dès lors à la démarche argumentaire, nécessaire à
la construction d’une rationalité collective, une réelle pertinence démocratique ?

C'est pour cela que nous vous proposons de construire ensemble une convention pluriannuelle d'objectif concernant :

CULTURE et DEVELOPPEMENT DURABLE, une démarche territorialisée
CULTURE et DEVELOPPEMENT DURABLE : un débat ouvert du local au mondial.

 

Contexte :
La question de la place de la culture dans une perspective de développement durable fait l’objet d’une réflexion de plus en plus nourrie du plan mondial au plan local et vice versa. L’avènement de la notion d’agenda 21 pour la culture à l’intention des pouvoirs locaux depuis 2004, l’affirmation de la culture comme « quatrième pilier du développement durable », la prise en compte de cette problématique dans la
Convention de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, les avancées dont témoignent démarches d’acteurs et politiques locales dans le monde pour affirmer d’une part l’importance des questions culturelles dans la société d’aujourd’hui et pour souligner la pertinence de la culture comme dimension transversale des politiques publiques de l’autre, sont autant de signes d’évolution de ce débat.
Une ambition: impulser une dynamique collective et coopérative grâce à la transversalité des approches.
L’ambition de ce projet est de créer une mobilisation et une agitation d’idées, d’mpulser une dynamique collective et coopérative au niveau territorial pour mettre en œuvre « Culture et développement durable ».

Ce sujet cristallise autour de lui l’idée d’une recomposition de l’action culturelle publique et répond à un besoin d’interroger les croisements entre enjeux culturels, enjeux de territoires et enjeux de société dans un monde en mutation.

Quels sont les enjeux culturels du développement durable ? Comment le prisme du développement durable peut-il faire évoluer les politiques culturelles ? Comment penser de manière durable, équitable, vivable, l’avenir de nos territoires en renforçant l’articulation entre culture et développement durable ?
Comment penser la diversité culturelle, l’éducation, le vivre ensemble et le travailler ensemble ?

 

Préalable:

Fidèles aux principes d'Education Populaire, les MJC décident de placer  « culture et  DD » au cœur de son action socioculturelle.
C'est accompagner socialement le changement de comportement souhaitable des citoyens au regard de leur impact sur l'environnement.
Ainsi notre engagement auprès des enfances, des jeunesses, des familles du territoire sur lequel elle est implantée favorisera l'action sociale comme véritable pilier du développement durable.
Elle provoquera la diffusion culturelle pour amplifier le message environnemental auprès des publics.

L'utopie te permet de te projeter, de faire un pas en avant quand elle fait, elle même, en même temps, deux pas en arrière.
Mais alors à quoi sert-elle?
Elle sert simplement à aller de l'avant.....!

 

Prendre de l'adult'attitude.
La MJC par ses actions doit permettre à aboutir à un comportement d'autonomisation en ayant la capacité de prendre l’initiative de changer les choses. Elle remplit aussi une fonction stratégique en orientant les actions politiques (dans le sens « vie de la cité ») et sociales qu’elle favorise et auxquelles elle participe.  Elle doit prendre le risque d’exister de porter des actions de non regret.               
Dans l'accueil, la formation et pour l’exercice des compétences, elle sert de cadre à la diffusion de savoirs, de savoir-faire, dans des processus de formation ou de sensibilisation. Elle est un outil pour faire savoir, convaincre, un instrument au service de la restauration et l'entretien du lien.
La MJC a une fonction idéologique. Elle est porteuse de valeurs explicites tels que la démocratie, la solidarité inter et intra-générationnelle basée sur des principes d'idéalité et de réalité, de précaution, d’équité, de justice, de responsabilité. Porteuse de la « bonne » information surtout en favorisant une réelle prise en compte des représentations des différents acteurs en présence par leurs valeurs, leurs priorités. Elle trouvera ses fondements dans ces représentations. Elle se retrouvera proche des gens et des décideurs par son implication locale, elle a pour mission de démocratiser la prise de décision en matière de comportement social, d'intégration des familles, des jeunesses et de la culture afin de lui donner des fondements plus explicites du point de vue de la préservation de la diversité. S'efforcer d'impliquer les acteurs à une démarche concertée.
La MJC est un centre de ressource d’enrichissement et de créativité renouvelables : l’expression des différences suscite l’imagination, la recherche et la découverte de voies de résolution s'il est géré et si les acteurs ont les outils nécessaires pour l’utiliser dans ces buts, la préservation du lien social et culturel. L'impartialité, l'indépendance et la gratuité  permettent cette volonté.
La MJC s’accommode très mal de solutions définitives et bonnes pour tout le monde, basées seulement sur la science occidentale, les solutions techniques des pays développés ou encore sur un mode de pensée unique!
Ne pas suffisamment tenir compte de la diversité des cultures, même au nom d’un idéal aussi généreux soit-il ne peut conduire qu’à des dérives totalitaires. Elle doit s'enraciner dans ses valeurs de responsabilité collective, d’équité et de solidarité. Avoir une gestion appropriée avec une compréhension mutuelle des besoins et des représentations des cultures qui cohabitent. Elle amènera la reconnaissance et du sens à des critères relatifs aux générations futures car par essence, ils ne peuvent pas être là et représenteront des acteurs trop faibles ou sans droit de parole (ou qui ne parviennent pas à exercer leur droit de parole). 
 
Je me souviens de l'avenir !
La MJC doit s'ancrer dans la gestion participative et la cohérence d'un territoire, basé sur l'action qui se caractérise par la capacité à agir  entre les disciplines, entre les acteurs de terrain et les détenteurs d’autorité ou de savoirs.
Choisir une méthodologie pour conduire l'élaboration et la réalisation du projet est un atout permettant à tous les acteurs (adhérents, habitants, associations du territoire, volontaires, partenaires économiques, institutionnels et politiques, salariés, élus, décideurs, financeurs ....) de mener conjointement une action organisée selon des règles clairement exprimées et établies. Cette méthodologie commune partagée est d'autant plus importante que les parties prenantes, acteurs du projet sont parfois amenés à changer en partie en cours. À l’analyse, ce re-veloppement (contrairement au développement) doit être soutenable :    
  - écologiquement viable, 
  - économiquement efficiente,
  - socialement acceptable, 

  - fondé sur une éthique faisant place à l’équité intra et intergénérationnelle.

Pour rendre visible l'information au sein de notre activité nous nous engageons sur 5 axes forts de construction des projets.

 

Axes d'objectifs opérationnels possibles :
La Formation.
  - Formation des élus associatifs qui sont des habitants des quartiers, des territoires, des bassins de vie.
Les adhérents deviennent acteurs et sont capables de prendre le recul nécessaire pour voir les problèmes dans leur perspective globale, sans perdre pour autant leur ancrage avec la réalité grâce à leurs connaissances et leur participation. 
  - Formation des salariés permanents et A-T constituants les MJC.
Les salariés aptes à la communication, à la médiation et à la résolution de conflit, ils permettent à des acteurs diversifiés de travailler à un objectif devenu commun. Travaillant en réseaux, ils peuvent focaliser sur un problème des expertises externes et contribuer à la mobilisation des forces de la communauté.

 

Faire ensemble.
  - Mise en réseau des artistes, acteurs, salles, moyens, développement au niveau de la culture et du DD en région RA.
  - Veille, sentinelle des informations, actions, organigrammes, dispositifs et de leur diffusion en lien avec les associations environnementales, de l'économie sociale et solidaire, des services sociaux des collectivités....


L'action de non regret.
  - Accompagnement et mise en œuvre de la démarche dans les MJC d' « Ecostructure ».
  - Montages et réalisations de projets fédérateurs régionaux : Rencontres entre « quartiers » et les Parcs naturels régionaux en utilisant le support «carnet de voyage».

La mise en relation de la population avec des œuvres de l'esprit nous semble primordiale aujourd'hui pour un DD souhaitable !

 

Les MJC Rhône-Alpes

 

Lire la suite 5 commentaires

ven.

18

nov.

2011

Article : Forum ouvert culture & développement durable

Le temps d'une journée, nous vous proposons de travailler en Forum Ouvert, méthode participative. Cette rencontre n’est pas gérée par des experts mais par vous ! Ce sont vos sujets, vos problématiques qui seront discutés et débattus lors de ce Forum ouvert. C’est la diversité des participants qui fera la richesse des échanges. Nous vous demanderons de confronter vos expériences, de partager vos projets dans un esprit de respect et d’ouverture.
Quelles sont les idées, les questions et les possibilités que vous voulez explorer en lien avec le thème Développement Durable et Culture : un nouveau chantier ?

 

Ce Forum Ouvert a pour ambition de faire se  croiser une grand nombre d’acteurs du territoire rhônalpin et d’ailleurs pour réfléchir à la mise en place de modalités d’action autour des questionnements sous-tendus par la relation culture et développement durable (diversité culturelle, droits culturels, participants à la vie artistique et culturelle, éducation artistique et culturelle, mobilité artistique du local à l’international, développement culturel et société numérique, le patrimoine au défi de sa pluralisation, l’ éco-responsabilité dans le champ culturel, l’art, la culture et la ville de demain, la transversalité et la gouvernance publique territoriale, l’emploi durable, la gouvernance des structures de spectacle vivant, l’égalité hommes/femmes, l’économie sociale et solidaire…)
Ce temps de travail s’adresse à une réelle diversité d’acteurs venant aussi bien de la sphère culturelle que de la société civile, du monde de l’éducation, des élus, des collectivités territoriales, des secteurs de l’économie, du social et de l’environnemental, des secteurs éducatifs et socio-éducatifs, des urbanistes, des lieux de diffusion (salles de spectacles, MJC, festivals…), le monde syndical, les agences travaillant dans le secteur environnemental, les Amap, les Universités et le monde de la recherche, les ONG, les structures de formation… C’est la participation et la contribution de chacun qui feront la richesse de l’évènement.

En participant à l’ouverture de ce  nouveau chantier, vous  contribuez à :
- lancer et co-construire une réflexion avec les acteurs du territoire régional
- rendre visible les actions menées en référence à la notion de développement durable
- mêler vos pratiques et vos questionnements afin de sortir des approches sectorielles
- faire émerger des idées et imaginer à plusieurs des leviers d’action

 

Et vous, comment imaginez-vous la création de nouvelles solidarités entre les acteurs sur le territoire ? Comment envisagez-vous l'articulation entre développement culturel, égalité, social, éducation, économie, environnement... ?

Lire la suite 2 commentaires

Semaine du développement durable au " Pied des Marches"

Du 1er au 7 avril, "Le Pied des Marches" propose des ateliers, discussions, film... Venez découvrir, partager, pratiquer le développement durable! Toutes les animations sont gratuites.

Programme

Appel des participants du Forum de Lyon

Dans le cadre de la préparation de la Conférence des Nations unies sur le Développement durable de 2012 (Rio + 20), L’organisation Internationale de la Francophonie a organisé un Forum international les 8 et 9 février 2012 à Lyon.

 

Pour plus d'information

 

Appel des participants du Forum de Lyon

Canopéea : Collectif pour des assises nationales ouvertes sur les pratiques, l'éducation et les enseignements artistiques

Le CANOPÉEA est une démarche créée par dix associations et fédérations nationales pour développer une concertation et une réflexion de fond sur l'ensemble du champ des pratiques, de l’éducation et des enseignements artistiques (musique, danse, théâtre, arts plastiques et visuels, arts du cirque, marionnette…).

Cette réflexion se veut suffisamment large et transversale pour pouvoir questionner les relations entre éducation,  enseignement, pratiques artistiques et culturelles, territoires et habitants, au service de l’intérêt général.

 

Le CANOPÉEA souhaite ainsi contribuer, avec l’Etat, les collectivités territoriales, les professionnels dans leur diversité, et les populations (praticiens, usagers, citoyens…) , à construire des réponses concertées et adaptées aux enjeux des pratiques artistiques et culturelles dans notre société.

 

Pour en savoir plus

   

Informations à suivre

Culture et développement durable : un exemple de pistes d'actions hors région Rhône-Alpes, l'exemple d'Ile-de-France

Un livret de 68 pages (téléchargeable) de l'Arene qui témoigne des parcours et expériences des acteurs franciliens qui agissent au croisement de ces « deux mondes ». Les 50 initiatives recensées interrogent les valeurs de nos sociétés contemporaines, la vision du monde, partagée ou pas, les modalités de la participation sociale et politique dans l'espace public, ou encore notre rapport à la nature.

 

Téléchargez le livret

Formation : Agir en développement durable dans le secteur culturel, de quoi parlons-nous ?

La Belle ouvrage - Des formations en résonance avec le terrain

Vous êtes acteur du secteur artistique et culturel, vous entendez souvent parler de la notion de développement durable et vous vous questionnez sur les liens possibles avec votre secteur.

 

3 jours – 12, 13 et 14 mars 2012 - Paris - Maison des Métallos

 

Le  développement durable est un terme qui recouvre bien des domaines, des aspirations voire des peurs. Nous vous proposons tout d’abord de travailler ensemble sur vos représentations pour aboutir à une définition commune. Puis, de vous apporter des connaissances théoriques pour comprendre les enjeux et les actions possibles avant de rencontrer des acteurs engagés, en France et ailleurs.

 

 http://www.labelleouvrage.fr/PDF/Programme_Agir_en_developpement_durable_2012.pdf

Culture et développement durable : Il est temps d’organiser la palabre...

La « culture », espoir d’un futur meilleur, est considérée comme le quatrième pilier du développement durable. Mais la perte de sens de ce nouveau rôle attribué au secteur culturel, tant au niveau local que mondial, mène à une impasse où se trouvent les milieux professionnels de la culture.
Depuis la conférence de Rio en 1992 jusqu’à l’Agenda 21 de la culture, ces professionnels n’ont qu’une position de « fournisseurs de services » apportant, comme les autres, leurs produits sectoriels au développement économique, fût-il durable : dans le brouillard du sens marchand, ils troquent leur public fidèle contre de bons clients. Mais une autre perspective politique est possible : elle prend appui sur les accords internationaux sur la diversité culturelle et affirme la primauté des enjeux de reconnaissance de la dignité des personnes dans leur identité culturelle. La culture, dans l’esprit de la déclaration de Fribourg sur les droits culturels, est une éthique pour faire ensemble société, ou mieux encore, faire humanité commune et durable. Dans Culture et développement durable, Jean-Michel Lucas préconise de réécrire, en ce sens, l’Agenda 21 de la culture. Il est temps « d’organiser la palabre » pour résister aux contraintes imposées aux acteurs culturels par le marché, permettre aux personnes de mieux se situer au monde, avec plus de respect pour elles-mêmes et les autres et aller vers un nouvel engagement politique des militants, élus, citoyens et acteurs « culturels » de l’Agenda 21. L’objectif est atteignable, car l’Union européenne dispose des principes et outils qui légitiment ce renouveau démocratique de l’action culturelle centrée sur la « relation ».
Aux acteurs culturels de devenir parties prenantes de ce compromis qui fasse mieux pour le développement durable humain que la simple consommation d’offres culturelles, même financées sur des fonds publics.
L’auteur, Jean-Michel Lucas, universitaire, est engagé de longue date dans l’action culturelle et particulièrement la valorisation des musiques actuelles. Il a occupé des fonctions de responsabilité dans l’administration culturelle (Drac et conseiller de Jack Lang). Ses travaux de recherche portent sur la critique des politiques culturelles et, sous le pseudonyme du Doc Kasimir Bisou, il plaide pour la prise en compte des enjeux éthiques dans la conduite des politiques de la culture.
Éditeur : Irma, collection ®evolutic • Édition : Janvier 2012 •
Format : 15 x 20 cm • Pagination : 128 pages •

L'Opéra de Lyon et le développement durable

En 2004 l’Opéra de Lyon a engagé une démarche de développement durable pour garantir une cohérence à ses actions de production artistique, de diffusion, de développement culturel, de formation. L’objectif est de placer l’Opéra de Lyon au cœur et au service de la société dans laquelle il est enraciné, d’inventer et tisser du lien social, en respectant des valeurs simples et fortes : l'excellence dans son art et ses métiers, la citoyenneté et l'engagement.

Dans le cadre de sa démarche de développement durable, l’Opéra de Lyon a conclu un partenariat avec  IMS Entreprendre pour la Cité, qui a initié cette année un programme «Egalité des Chances, accès à l’emploi & éducation». C’est dans ce cadre que nous avons organisé une journée d’action sur le thème de la découverte des métiers : le 8 avril nous avons reçu une classe de 3ème du lycée Jacques Brel de Vénissieux. Cette journée a été une réussite grâce à l’implication des différents services de l’Opéra.

 

Cliquer sur la page Développement durable de l'Opéra de Lyon

Développement durable et culture : un nouveau chantier - quel est le bilan ?

Quel est le bilan de cette journée ? Quels sont les résultats des ateliers ? Vous pouvez retrouver le résultat de votre travail dans le rapport final ci-joint.

Merci à tous pour votre participation.

Rapport de travail
Rapport du Forum Ouvert4.pdf
Document Adobe Acrobat [1.6 MB]
Télécharger

H/F Rhône-Alpes : vers l'égalité homme/femme dans le spectacle vivant

H/F Rhône-Alpes, née en 2008, se donne pour missions de :

  - repérer les inégalités entre les hommes et les femmes de la profession(gouvernance, production, diffusion, visibilité, moyens financiers, réseaux, formation...)

  - mobiliser et interpeller les pouvoirs publics et les professionnels

 

H/F Rhône-Alpes propose, cette saison 2011-2012, une initiative concrète qui permet aux acteurs culturels de la région de s’engager à mettre en pratique les principes d’égalité homme-femme :

 

La Saison 1 égalité homme-femme dans le spectacle vivant

 

Pour accéder au site H/F Rhône-Alpes, cliquer sur ce lien

 

Après les AMAP… les AMACCA

Associations pour le Maintien des Alternatives en matière de Culture et de Création Artistique (AMACCA)
Présentation d’un moyen pour les citoyens de se réapproprier une liberté d’initiative en dehors des logiques inadaptées du marché, des aléas électoraux, en dehors des desideratas de potentats locaux, en dehors d’une politique  culturelle  publique aux marges de manœuvres  contenues elle aussi par  l’idéologie  économique dominante.

Participer au développement des AMACCA c’est vivre une expérience culturelle mais aussi vivre la culture de l’expérimentation sociale. Le défi est passionnant.

 

Pour en savoir plus, cliquez sur le lien

 

Rhône-Alpes Festivals - Collectif des Festivals de Musiques en Rhône-Alpes

Ce collectif s'inscrit dans une démarche de développement durable et repose sur des principes de solidarité et d'entraide, dans un esprit de complémentarité et de non concurrence. Les festivals membres sont des acteurs de musiques actuelles de la Région Rhône Alpes, investis dans le champ de l'économie sociale et solidaire. Ce collectif est une tête de réseau avec des missions de représentation, de concertation permanente, de coordination d'actions et de mutualisation des moyens. Il compte aujourd'hui une vingtaine de membres répartie sur tout le territoire rhônalpin.

 

Charte Collectif Festivals Musiques RA.p
Document Adobe Acrobat [38.9 KB]
Télécharger

Culture pour tous, lutter contre l’exclusion en facilitant l’accès à l’art et à la culture

Créée en 2001 et reconnue d’intérêt général en 2004, l’association Culture pour tous s’est d’abord consacrée à la mise à disposition de places de spectacles gratuites au profit de personnes en difficulté vivant dans le département du Rhône.

Depuis quelques années, son action s’est élargie à l’accompagnement des acteurs du champ social utilisateurs du dispositif de Culture pour tous, pour que la gratuité des places soit utilisée comme un levier permettant d’envisager, avec les personnes bénéficiaires, des démarches personnelles de sortie culturelle.

Aujourd’hui, Culture pour tous est également investie aux cotés des partenaires du secteur culturel, pour faciliter la diffusion de l’information sur l’actualité culturelle auprès des acteurs du champ social et pour encourager les structures culturelles à mettre gratuitement à disposition du dispositif une offre de places la plus représentative possible de celle faite au grand public.

En septembre 2009, l’association a adopté le nom de Culture pour tous en remplacement de Cultures du cœur Rhône. L’association intervient en Rhône-Alpes, à la demande des partenaires de terrain.

 

Pour accéder au site

Une opération nationale, quatre forums ouverts

Ce rendez-vous s'inscrit dans le cadre d'une concertation nationale consacrée à l'exploration du thème "Culture et développement durable". Lancée en 2011 à l'initiative de l'agence régionale Culture O Centre - Atelier de développement culture, de Réseau Culture 21 et de l'Observatoire des politiques culturelles, cette concertation prend la forme de quatre forums ouverts.
Les différentes rencontres sont programmées à partir de novembre 2011 en régions Centre et Poitou-Charentes (Poitiers, 18 et 19 novembre), en Bretagne, Pays de la Loire et Basse-Normandie (Guichen, 23 et 24 novembre), Rhône-Alpes (Feyzin, 29 novembre), et Île-de-France (Paris, 13 et 14 janvier). Elles sont coordonnées par les agences régionales de développement culturel Culture O Centre, l’Agence régionale du spectacle vivant Poitou-Charentes, Spectacle vivant en Bretagne, la NACRe et Arcadi.

 

Cliquer sur ce lien

Le premier rapport sur la stratégie nationale du développement durable est publié

Le ministère de l'Ecologie vient de mettre en ligne le premier rapport au Parlement sur la stratégie nationale de développement durable 2010-2013 adoptée le 27 juillet 2010. Réalisé conformément à l'article 1 de la loi Grenelle 1 du 3 août 2009, ce document remis le 31 octobre par le Premier ministre passe en revue de manière qualitative et quantitative les neuf défis retenus par la SNDD (consommation et production durables, société de la connaissance, gouvernance, changement climatique et énergie, transport et mobilité durables, conservation et gestion de la biodiversité et des ressources naturelles, santé publique, prévention et gestion des risques, démographie, immigration, inclusion sociale, défis internationaux en matière de développement durable et de pauvreté dans le monde).

 

Pour lire ce rapport, cliquez sur ce lien

Le développement durable et vous

La Région soutient les projets d’associations, collectivités, entreprises.. dans les domaines de l’éco-construction, déplacements, économies d’énergie, solidarités, services… dans le cadre d’appels à projets annuels.
121 actions ont ainsi émergé depuis 2006, portées par les «Lauréats développement durable» rhônalpins.

 

Cliquer sur ce lien pour ouvrir la page

La Fédération des arts de la rue lance le débat

Une campagne pour qu’art et culture cessent d’être le dernier volet des programmes électoraux.

Une campagne pour dire que l’art est public, enjeu public, affaire publique, affaire de public aussi.

Une campagne pour dire que la diversité des pratiques et des artistes, la proximité des publics et des territoires sont fondamentaux pour une politique culturelle efficace.

Une campagne pour réclamer une inversion des priorités. Que les établissements publics d’envergure soient au service d’une politique culturelle dédiée à tous et non l’inverse.

Une campagne qui prend date et qui s’adresse à tous, non seulement les trublions de l’espace public que nous sommes, mais l’ensemble des artistes pour qui le public est une priorité...

 

Pour une politique culturelle réinventée

 

Lire la suite

 

 

Réseau Culture 21

Ce portail collaboratif souhaite contribuer à la promotion de l’Agenda 21 de la culture et au développement des démarches associant culture et développement durable.
Il invite les collectivités, les acteurs professionnels et les citoyens à témoigner, mutualiser leurs expériences et débattre des enjeux.

 

Pour plus de renseignements sur la culture et le développement durable, consultez le site de Réseau culture 21

 

Un module de sensibilisation au Développement Durable en Economie Sociale et Solidaire

Une formation mise en place par la Chambre régionale de l’économie sociale et solidaire Rhône-Alpes (CRESS), l’Union nationale des associations du tourisme de Rhône-Alpes (Unat RA), la scop Elits Propreté et le réseau d’éducation à l’environnement (Graine RA).
Cette formation s’adresse aux associations, aux coopératives et aux mutuelles qui connaissent peu le Développement durable.

  - Qu’est-ce que le Développement durable en ESS ?

  - Dynamique de groupe, échange d’expériences, débat sur la notion de DD

  - Cas pratiques de mise en place de démarche de DD

  - Construction et appropriation d’un outil d’autodiagnostic par les participants.

 

Deux sessions sont prévues pour le 1er Mars et le 29 Mars 2012 à la CRESS Rhône-Alpes.

Les frais de participations sont de 100 euros par personne.

Ce module présente aussi l’intérêt d’être transférable à tous les réseaux ESS ou entreprises de l’ESS souhaitant eux-mêmes le mettre en œuvre.

Pour toute inscription ou information complémentaire, contactez Marie Menoux à la CRESS Rhône-Alpes : mmenoux@cress-rhone-alpes.fr

La Ville de Lyon : culture & développement durable

Nous travaillons à l’échelle lyonnaise depuis maintenant 2 ans à l’élaboration d’une grille de lecture développement durable appliquée à la culture.
Elle a été présentée dans le cadre des dernières journées « Nos cultures de la Ville » et s’appliquera concrètement dans le volet culture du Contrat Urbain de Cohésion Sociale de Lyon pour la période 2012 à 2014.
Sont  ainsi attendus des politiques culturelles des engagements :
- dans le développement des territoires prioritaires
- dans l’accompagnement des publics en difficulté
- dans la prise en compte des diversités
- dans le partage des connaissances
- dans l’éducation
- dans la prise en compte des problématiques environnementales
- dans l’amélioration de sa gouvernance
http://www.polville.lyon.fr/polville/sections/fr/les_thematiques/culture/les_journees_nos_cu
Nous proposons aussi un mémento, de la ressource documentaire sur ces questions et présentons l’intégralité des retranscriptions des journées 2010 « Culture, politique de la ville et développement durable » sur http://www.polville.lyon.fr/polville/sections/fr/les_thematiques/culture/culture_-_politique

Labo Culture et Développement durable

Fondé à l’initiative de Culture O Centre, Ateliers de développement culturel, en mars 2010, le “Labo culture et développement durable” est un espace d’information, d’échanges et de production d’idées sur la place de la culture dans le développement durable. Ce Labo est aussi un espace d’expérimentation des processus d’intelligence collective.

Pour accéder au site, cliquer sur ce lien

En 2004, à l’initiative du centre hospitalier Le Vinatier, quelques établissements sont contactés au regard de leur intérêt et de leur expérience en matière de développement culturel en milieu hospitalier pour former une structure de coopération opérationnelle en capacité d’intervenir auprès des acteurs de la santé en mobilisant leurs compétences dans le champ de la culture et des arts. Ainsi, est née en 2006, Hi.culture, Hôpital Innovation Culture.
Les promoteurs d’Hi.culture ont ainsi pensé la structure comme un outil d’accompagnement des établissements et des pouvoirs publics. Son objectif principal est de contribuer à développer, dans le champ de la santé, une sensibilité aux dimensions culturelles – tant sur le plan de ses caractéristiques anthropologiques que sur le plan de ses initiatives artistiques et patrimoniales – en mutualisant et en organisant les compétences et les ressources nécessaires. Il s’agit de participer au développement de projets transversaux, de dynamiser et animer un réseau d’établissements impliqués dans des projets culturels et de faire partager aux usagers et aux populations les savoirs et les questionnements concernant le monde de la santé.
 

La Ville de Feyzin s'engage sur le développement durable

Nous, citoyens de Feyzin, de l’agglomération lyonnaise, de la Région Rhône-Alpes, de France et du monde, membres associatifs, partenaires institutionnels de la ville de Feyzin, parents, enfants, dirigeants d’entreprises, commerçants, artisans, élus du peuple ; conscients de la nécessité de modifier nos comportements, nos modes de vie et nos modes de développement, pour l’avenir de la planète et de l’ensemble des sociétés humaines ; convaincus que le changement à l’échelle globale et planétaire passe par des actions concrètes au niveau local ; nous engageons, individuellement, à titre privé - ou à titre de représentation - et collectivement, à participer, dans la mesure de nos moyens et de nos compétences respectives, à la réalisation des engagements prévus dans l’Agenda 21 de la Ville de Feyzin.

 

Feyzin, Paroles d'avenir - Agenda 21
Paroles d'avenir.pdf
Document Adobe Acrobat [1.3 MB]
Télécharger